fbpx

1 JUIN

“Périphéries indispensables : les festivals de cinéma qui œuvrent depuis les marges pour décentraliser les nouvelles cartes culturelles”

Il est certain que, parmi de nombreux autres aspects, la pandémie de COVID-19 accélère la numérisation de toutes les structures du cinéma mondial. Avec ces disruptions en cours, les modèles traditionnels de la distribution et l’exploitation cinématographique sont bouleversés à jamais, tout comme le rôle que jouent les festivals de cinéma de petite et moyenne dimension en offrant des opportunités aux films qui ne circulent qu’en marge des principaux circuits de diffusion. 

De cette façon, avec les nouveaux formats hybrides, les festivals périphériques, qui programment et promeuvent généralement des contenus « non-mainstream » dans des localités de province, consolident eux aussi de nouveaux espaces dans les nouvelles géographies culturelles décentralisées par le monde virtuel. Lors de cette réunion de travail ouverte au public et organisée avec la Fédération Pantalla (Fédération Étatique de Coordination de Festivals de Cinéma et Contenus Audiovisuel), sont abordées des questions pratiques en mesure de donner une reconnaissance et de promouvoir les festivals périphériques comme dynamiseurs et créateurs d’opportunités pour les cinémas marginaux et les zones éloignées des grands centres urbains.     

  • David Garrido Bazán, directeur de la programmation du Festival de Cine Inédito de Mérida (Estrémadure)
  • Javier Muñiz Briogos, directeur du Festival international du court métrage Ciudad de Soria et président de l’Association des festivals de cinéma La Mesta (Association interterritoriale, 24 festivals de 8 communautés autonomes)
  • Keka Losada, présidente de l’association Arela et organisatrice du Festival de Cans (Galice)
  • Mane Cisneros, directrice du Festival du film africain-FCAT (Tarifa, Andalousie)
  • Monica Timperi, directrice de Formentera Film (Festival international du court métrage de Formentera, îles Baléares)
  • Joaquim Roqué Paret, directeur du festival de cinéma Terra Gollut (Catalogne)

Événement en ligne  par ZOOM

Langue  disponible : espagnol

Inscripciones hasta completar aforo

INTERVENANTS :

Javier Muñiz est actuellement directeur du concours international de courts-métrages de Soria et président de l’association La Mesta. Fondateur et président de La Boca Espacio de Cultura avec laquelle il développe différents projets dans de multiples disciplines artistiques. Sa relation avec les festivals de courts-métrages remonte à plus de 30 ans. Il est le créateur du Festival international du film La Boca del Lobo, Cortometrajes a los Cuatro Vientos et La Boca Erótica, entre autres projets, et également le fondateur de l’association FECCYL et membre actif de PANTALLA.

Né à Mérida en 1971, il est diplômé en droit de l’UNED. En 1997, il a commencé son activité de critique de cinéma sur des radios locales, régionales et nationales, en la combinant avec des critiques écrites dans plusieurs médias numériques, magazines et journaux spécialisés, y compris la couverture des festivals de cinéma les plus importants comme Cannes, Berlin, San Sébastien, Sitges, Valladolid, Séville, etc. Depuis 2005, il est directeur de la programmation et des contenus de l’association culturelle Cine Club Forum, dont il est membre fondateur. En novembre 2006, cette association a lancé le Festival de Cine Inédito de Mérida dont il a été directeur artistique à deux reprises, de 2006 à 2014 et de 2020 à nos jours. La FCIMerida fêtera sa XVIe édition en 2021.

KEKA LOSADA est la Présidente de l’Association Arela, entité qui organise le Festival de Cans à O O Porriño (Pontevedra). Elle est diplômée en interprétation textuelle de l’École Supérieure d’Art Dramatique de Vigo (ESAD), Diplômée en Production d’audiovisuelle et spectacles et actuellement elle suit le Degré de Communication Audiovisuelle. Keka a fait partie de l’équipe du festival depuis la première édition en 2004. Elle coordonne actuellement toutes les activités éducatives du festival, en plus d’assumer une partie de la production. En plus du Festival de Cans, elle travaille habituellement dans divers départements en relation avec la production dans les festivals comme le Festival de culture urbaine O Marisquiño (à Vigo), le Festival Sin Sal sur l’île de San Simón ou le WOS festival à Saint-Jacques-de-Compostelle. Keka a également participé au Festival de Cans, de l’équipe fondatrice de Proxecta, la Coordination des Festivals de Cinéma de Galice.

Mane Cisneros détient un doctorat en ethnologie de l’École en Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) de Paris, ainsi qu’un Diplôme en géographie et histoire de l’Université Complutense de Madrid et un Master en anthropologie culturelle de l’Université Nationale d’Itztapalapa à Mexico. Elle est présidente d’Al Tarab et fondatrice et directrice du Festival de Cinéma Africain FCAT. Elle a été membre du jury de nombreux festivals de cinéma internationaux et africains dans le monde entier, membre du comité de soutien au cinéma de l’Institut espagnol de la cinématographie et des arts audiovisuels (ICAA) et est Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République française.

Elle a suivi des études de Sociologie à l’Université La Sapienza. De 1991 à 1994, elle a travaillé dans le département des relations publiques et de l’organisation d’événements des prestigieuses salles des fêtes du groupe Bornigia Piper Roma. En 1995, elle s’installe à Florence comme responsable des ventes dans le secteur audiovisuel pour le groupe Universo SpA. En 1996, avec son mari Silvio Bandinelli, elle a fondé Showtime S.L., qui se consacre à la production et à la distribution de films et d’œuvres audiovisuelles. En 2009, ils s’installent à Formentera. En 2010, elle a été membre du jury du Lago Film Fest. De la rencontre de Monica Timperi et Silvio Bandinelli avec Viviana Carlet et Carlo Migotto, organisateurs du festival Revine Lago, est né le projet Formentera Film, festival dont Monica est codirectrice depuis 2011.

Directeur du Festival Gollut -une manifestation cinématographique engagée, sur les thèmes de la montagne et de l’environnement – et fondateur de Dinàmic Enginy, une société de production audiovisuelle, de communication web, de médias sociaux et de conseil en TIC. Fort d’une longue expérience dans le secteur tertiaire, il préside le Cineclub de l’Associació dels Amics del Cinema de la Vall de Ribes et a également été membre du conseil d’administration de la Fédération catalane des Cineclubs, qu’il a représentée en tant que membre du jury dans plusieurs festivals internationaux. Il est l’auteur de plusieurs scénarii de films. Il est titulaire d’un diplôme en communication audiovisuelle de l’Universitat Oberta de Catalunya, UOC, et d’un diplôme en ingénierie des télécommunications de l’Universitat Politècnica de Catalunya, UPC, ainsi que d’un diplôme de troisième cycle en production exécutive de documentaires de l’idEC, Universitat Pompeu Fabra, UPF.

MODÉRATEUR :

Luis Martínez (Madrid, 1966) est actuellement critique de cinéma pour le journal El Mundo. Il est diplômé en philosophie de l’université Complutense et après des études de troisième cycle à l’université d’Urbino, en Italie, il a commencé sa carrière professionnelle à la Residencia de Estudiantes en tant que coordinateur culturel. Il a fait ses premiers pas en tant que journaliste à « Canal+ » et au journal « El País » en tant que rédacteur de la brochure éditée à Valence. Peu après, il a rejoint la rédaction de Madrid, où il a écrit pour les suppléments « Tentaciones » et « EPS », ainsi que pour la section « Televisión » consacrée aux critiques de films. Il a également travaillé comme informateur et reporter de corridas avec Joaquín Vidal. Il a ensuite rejoint Progresa, un éditeur de magazines du « Grupo Prisa ». Il y a été rédacteur en chef du magazine « La Mirada », le supplément dominical des journaux régionaux, puis il est passé aux magazines « Dominical » et « Rolling Stone ». Peu après, il a édité les magazines « Los 40 », « Canal+ » et « Cinemanía ». En 2007, il a rejoint le journal « El Mundo » en tant que critique de cinéma. Depuis lors, il est chargé de toute l’information cinématographique de ce journal, couvrant les principaux festivals internationaux et rédigeant des chroniques d’actualité et de critique culturelle. Il est également un collaborateur régulier du programme « Historia de nuestro cine » de RTVE et des magazines « La Esfera », « SoFilm » et « El Cultural ». Il a publié plusieurs ouvrages collectifs sur Ingmar Bergman, Spielberg, Fernán Gómez ou Billy Wilder, a enseigné à l’ECAM et est membre de la European Film Academy. En 2009, il a reçu le prix Paco Rabal pour le journalisme culturel.

Podrás seguir este evento en directo desde nuestras redes sociales