fbpx

30 MAI

“Master-Class de Dieudo Hamadi”

Ce rendez-vous aussi unique que ses films est l’occasion de dialoguer avec le réalisateur Dieudo Hamadi sur sa trajectoire personnelle et créatrice. Auteur de divers films primés dans les festivals les plus prestigieux du monde et présentés au cours des éditions du FCAT (notamment sa dernière œuvre, En route pour le milliard, en sélection officielle), l’œuvre et le regard de Dieudo Hamadi représentent l’une des références les plus marquantes du cinéma documentaire subsaharien contemporain. 

Cette masterclass bénéficie aussi du soutien de

Modification de l’horaire !

Événement en ligne par ZOOM

Langues disponibles : espagnol et français 

Inscriptions dans la limite des places disponibles

Suivez cet événement en direct sur nos réseaux sociaux

Dieudo Hamadi est né à Kisangani (RDC) en 1984 et a fait des études de médecine de 2005 à 2008 avant d’assister à des ateliers de montage documentaire et de réaliser deux courts-métrages. En 2015, il fonde la société de production Kiripifilms. Depuis, il a réalisé plusieurs documentaires, dont Atalaku et Examen d’Etat, primés dans de nombreux festivals ; Maman Colonelle, présenté au Forum de la Berlinale en 2017 et dont l’héroïne, le colonel Honorine Munyole, a gagné le prix de la meilleure interprète féminine au FCAT 2017 ; Kinshasa Makambo, inauguré dans la section Panorama de la Berlinale 2018 ; et En route pour le milliard, film au label Cannes 2020 et sixième documentaire de Dieudo Hamadi présenté au Festival de Tarifa.

Olivier BARLET. Il a été agent littéraire et traducteur d’ouvrages sur l’Afrique avant de se consacrer à l’étude des cinémas d’Afrique et à la critique pour divers magazines (Africa international, Afrique-Asie et Continental), puis depuis 1997 pour Africultures où il a publié près de 1800 articles. Il est conseiller à la programmation du Festival des films d’Afrique d’Apt et de la page Docmonde sur le site tenk.fr. Principaux ouvrages publiés : Les Cinémas d’Afrique noire, le regard en question, L’Harmattan, 1996 (prix Art et Essai du CNC 1997 et traduit en anglais, italien et allemand) et Les Cinémas d’Afrique des années 2000, L’Harmattan, 2012 (traduction en anglais, arabe et espagnol).