fbpx

29 MAI

“Images du Soudan : récits d’un pays à travers sa propre liberté d’expression ”

Au cours des dernières années, le secteur créatif soudanais renaît de ses cendres après les deux longues décennies du régime autoritaire d’Omar al-Bashir. Comme d’autres formes artistiques, le cinéma de ce pays retrouve une voix et jouit d’une nouvelle visibilité internationale qui augure un avenir prometteur. Comment sont réellement vécus ces temps nouveaux dans le secteur culturel au Soudan ? Quelles opportunités existent pour les nouvelles générations d’auteurs et d’artistes, qu’ils résident dans le pays ou à l’étranger ?

Cette table ronde complète la rétrospective sur le cinéma soudanais, “Soudan, le cinéma oublié” programmée à l’occasion de cette édition du FCAT. Vous trouverez davantage d’informations sur ce focus Soudan dans le catalogue officiel du FCAT 2021.

Événement en ligne sur ZOOM

Langues disponibles : espagnol et anglais

Inscriptions dans la limite des places disponibles

INTERVENANTS:

Suzannah Mirghani est une écrivaine, chercheuse et réalisatrice indépendante, qui met en lumière des histoires du monde arabe. Elle est diplômée en études des médias et en études muséales et publie des travaux créatifs et universitaires sur une variété de questions sociales. D’origine multiculturelle soudanaise et russe, elle s’intéresse particulièrement aux histoires qui examinent la complexité de l’identité. Suzannah est la scénariste, réalisatrice et productrice de plusieurs courts métrages, dont AL-SIT (2020), CARAVAN (2016) et HIND’S DREAM (2014).

Khalid Ali est un chercheur en médecine soudanais à la Faculté de Médecine de Brighton et Sussex au Royaume-Uni. Il est réalisateur, critique et programmateur de festivals de cinéma. Khalid est programmateur du Festival de Cinéma Indépendant du Soudan, correspondant en charge du cinéma et des médias dans le Medical Humanities Journal, fondateur du Medfest Egypt, le premier forum, dans le monde arabe, de médecine dans le cinéma, et boursier du Programme Global Health Film. Il est l’auteur de The Cinema Clinic : Reflections on Film and Medicine, un livre acclamé par la critique. Il a produit deux courts métrages : Those Little Moments et On Medicine and Film.

Hamad Alnil Khalifa est diplômé du SUST en art dramatique et réalisation et a suivi des formations et des ateliers dans le domaine du théâtre et de la réalisation de films. Il travaille dans ces deux disciplines artistiques et est membre actif du Work Cultural Group, du Sudanese Film Group (SFG) et du Sudan Cinema Club. Il a été impliqué en tant que coordinateur dans des projets de production tels que « Cultural Healing Project » et des projets de projections publiques tels que « Mobile cinema for social change ». Il participe actuellement au grand projet du SFG visant à réintroduire des projections publiques dans toutes les salles de cinéma fermées du Soudan. Le Sudanese Film Group est une société culturelle à but non lucratif créée en avril 1989, consacrée à la production cinématographique, la diffusion de films, la culture cinématographique et la formation audiovisuelle. Le SFG collabore régulièrement avec des organismes nationaux et internationaux. L’objectif global du SFG est d’éveiller les consciences et stimuler l’imagination des gens pour les aider à résoudre plus efficacement leurs problèmes.

Interprète, chanteuse et compositrice soudanaise au talent unique, à la renommée mondiale et présente sur la scène musicale internationale. Depuis la sortie de son premier album Sudaniyat en 1997 en Espagne, Rasha a introduit dans le monde de la musique un style original et créatif qui lui est propre. Expression exemplaire de la nature universelle de la musique, le style musical de Rasha est fortement marquée par des multiples facettes de la diversité culturelle, comme les traditions musicales séculaires de la culture nubienne, les rythmes du centre du Soudan, les sons du tam-tam du Sahel africain et les échos et tonalités nord-africains et andalous, du blues et du jazz modernes, entre autres multiples cultures musicales. Sur son deuxième album Let Me Be, Rasha est non seulement l’unique interprète mais aussi l’auteur des paroles de plusieurs chansons liées à la vie, à la nostalgie, à la diaspora et à l’appartenance. Elle a également participé à l’album The Black Band avec d’autres artistes africains, tous basés à Madrid, dont Wafir, son propre frère, et le grand artiste disparu, Bidinte. Aux côtés de plusieurs artistes de renom tels que Youssou N’Dour, Geoffrey Oryema, entre autres, Rasha a participé au festival « Refugees Voices » qui s’est tenu à Genève, à l’occasion du 50e anniversaire du HCR. Par la suite, le HCR a encouragé la parution d’un CD de « Voix de réfugiés », enregistré dans les studios « Xipi » de Youssou N’Dour à Dakar, qui était chargé de la direction musicale et de la production de l’album. Rasha s’est distingué parmi des artistes participants extraordinaires tels que K’naan, Bai Kamara, Youssou N’dour, pour n’en citer que quelques-uns.

Hajooj Kuka est né au Soudan et vit actuellement entre le Kenya et son pays natal. Il fait des études d’ingénierie électrique à l’Université Américaine de Beyrouth et de design numérique en Californie, puis il suit divers cours d’art qui réveillent son intérêt pour le cinéma. Il retourne dans les montagnes Nuba comme correspondant de guerre en 2012 et commence à travailler sur des projets documentaires. Son film Au rythme de l’Antonov gagne le Prix du Public au Festival de Toronto en 2014. Hajooj figure sur la liste de la revue Foreign Policy comme l’un des penseurs mondiaux de premier plan de 2014, dans la catégorie des chroniqueurs. En 2018, son premier long-métrage de fiction fait sa première au Festival de Venise. Il est aussi membre de Girifna, un mouvement de résistance non-violente au Soudan. En septembre 2020, il est arrêté avec d’autres artistes après l’attaque par des militants religieux une répétition théâtrale à laquelle il prenait part. Il est libéré grâce à l’intervention de diverses figures internationales de l’industrie cinématographique auprès du gouvernement soudanais.

MODÉRATEUR :

Journaliste spécialisé dans le monde arabe et l’Afrique. Elle a été correspondante pendant plus de 15 ans dans les régions du Maghreb et du Moyen-Orient, et est actuellement membre de la rédaction du magazine MUNDO NEGRO (coordination des sections Cultures et Afrique). En mai 2020, elle a coordonné la publication d’un numéro monographique du magazine consacré au Soudan. Elle a écrit plusieurs essais sur l’immigration et s’est penché sur les relations hispano-marocaines et le conflit israélo-palestinien. Son dernier livre s’intitule Mi hogar es cualquier parte (mai 2021) publié par Libros.com.