fbpx

L’identité métisse marquera la 19e édition du Festival de Cinéma Africain FCAT – comme l’illustre l’affiche de l’artiste Maïmouna Guerrresi

Le festival, qui aura lieu du 27 mai au 5 juin, a eu sa première présentation au CICUS de Séville

Séville, 5 avril 2022, Une femme en rouge s’avance sur un trampoline, suspendue dans un espace cosmique et enveloppée d’un souffle spirituel. L’image de l’affiche qui annonce et illustre la 19e édition du Festival du Cinéma Africain – FCAT – qui se tiendra du 27 mai au 5 juin à Tarifa, Tanger et dans plusieurs antennes à Cadix et Ceuta – fait appel à la notion d’identité et d’équilibre entre les cultures.

En compagnie de Luis Méndez, directeur du CICUS, Mane Cisneros, directrice du festival et Francisco Ruiz Giráldez, maire de Tarifa, ont dévoilé l’affiche de l’édition 2022 lors d’une soirée au Centre d’initiatives culturelles de l’Université de Séville (CICUS) qui fut ponctuée de musique et de boissons du continent africain.

 

Maïmouna Guerresi 

L’artiste multimédia, qui partage son temps entre l’Italie et le Sénégal, Maïmouna Guerresi, autrice d’une œuvre imprégnée de spiritualité soufie, a remercié dans une vidéo le festival pour avoir choisi cette image intitulée Red Trampoline. Cette œuvre, qui fait partie de sa série Aïsha au pays des merveilles, dégage une réelle énergie féminine dans cette image puissante qui fait allusion au « métissage culturel et spirituel » et qui possède l’influence des deux cultures de Guerresi, « l’occidentale et l’africaine, cette identité mixte », selon les mots de l’artiste. « Cette image devient une possible métaphore de la suspension entre les deux cultures et en même temps un équilibre entre les deux. »

Pour le directeur du FCAT, Mane Cisneros, cette édition symbolise « une étape sereine vers cette normalité que nous désirons tant », après deux années du festival marquées par la pandémie. « Nous avons multiplié le nombre de participants aux sessions de projection de films et aux activités annexes, ainsi qu’à l’espace de formation et d’industrie », explique-t-elle. Cisneros se félicite également du fait que Ceuta, par l’intermédiaire des Universités de Grenade et de Cadix, « se joigne enfin cette année au FCAT, dont on espère qu’il retrouvera son rôle d’espace unique où le sud et le nord dialoguent à travers le cinéma. » Aux yeux de la directrice du festival, « la photo de Maimouna Guerresi traduit parfaitement le climat serein et propice au dialogue dans lequel nous abordons cette nouvelle édition. »

Guillermo Pérez Villata

La directrice et le maire de Tarifa ont annoncé, lors de cette présentation du 19e FCAT, que l’artiste originaire de Tarifa, Guillermo Pérez Villata, concevra la récompense des prix du festival à compter de cette édition. Le célèbre plasticien international, icône des années 80, est intimement lié au festival de sa ville natale et où il réside, dont il se sent très proche. « Ici, j’ai découvert des films qui m’ont impressionné », a déclaré un artiste de l’édition précédente, qui se distingue également par son amour de l’Afrique et par l’influence du continent qui résonne dans ses peintures et ses sculptures.

La troisième racine : la République dominicaine

Le Festival du film africain-FCAT ne se limitera pas aux films du continent voisin, mais, comme à chaque édition, il s’intéressera également à la descendance africaine dans le monde, avec un intérêt particulier pour l’Amérique latine. Les diasporas africaines à travers le monde constituent une source précieuse du patrimoine commun de l’humanité, c’est pourquoi la section annexe La troisième racine proposera à Tarifa des films qui suivent les traces de la diaspora dans les pays américains dans une approche qui permet de relier depuis une perspective cinématographique la visibilité et l’invisibilité des personnes noires dans un continent où la population afro-descendante atteint 200 millions de personnes sur un total de 625 millions de latino-américains.

La 19e édition du festival sera marquée par la cinématographie de République dominicaine, où l’héritage culturel de l’Afrique est présent dans tous les aspects de la vie de ses habitants. Si bien que le vice-ministre de la politique étrangère multilatérale du pays, Rubén Silié, a déclaré qu’en République dominicaine, « Nous sommes tous des Afro-descendants, y compris les Blancs, et nous devons le revendiquer. »

Un cinéma espagnol qui se tourne vers l’Afrique et un jury andalou

Au programme de cette année, le festival se penchera une fois de plus sur le regard que le cinéma espagnol commence à porter sur l’Afrique de manière plus sérieuse et engagée.

Au cours des dernières années, les films produits sur notre sol ont été de plus en plus nombreux à traiter de l’Afrique, et certains d’entre eux ont même été nommés plusieurs fois au Goya et ont reçu des récompenses. C’est pourquoi le FCAT présente une fois encore des films espagnols – et andalous – qui traitent à la fois du continent voisin et de l’interculturalité. Une poignée de titres, dont des courts et des longs métrages, projetés à Tarifa, apporteront une vision de la nouvelle relation entre l’Espagne et l’Afrique à travers le cinéma, ainsi que de l’image qui est diffusée dans ces nouvelles productions.

De même, lors de l’événement qui s’est tenu au CICUS de Séville, a été présenté le jury andalou qui décernera cette année les prix de la section En bref, le concours de courts métrages. Il est composé d’Inés Nofuentes, productrice exécutive dont plusieurs films ont été présentés en avant-première internationale dans des festivals notamment celui de la Berlinale, San Sebastián, Locarno, Toronto, Cartagena et Guadalajara ; de Nocem Collado, photographe, réalisatrice et directrice de documentaires ; et d’Andrés Vega, directeur du festival Andalesgai, le festival du cinéma LGTBI en Andalousie.

Extension à Ceuta

Une autre nouveauté de la 19ème édition du FCAT sera son extension au Campus Universitaire de Ceuta grâce à un accord avec l’Université de Grenade et la Fundación Premio Convivencia de la Mairie de Ceuta. Une extension qui n’a pas pu se faire comme prévu l’année dernière en raison de mesures sanitaires. Sont prévues des projections de films, courts et longs métrages, issus du programme de cette année, ainsi que des rencontres en tête-à-tête avec les réalisateurs.

FCAT LAB  

L’atelier de post-production FCAT LAB sera de nouveau présent lors de cette édition, avec des rencontres individuelles et un marché de projets, attribuant un total de 20 000 euros de récompenses en espèces et de services pour le développement de productions cinématographiques principalement africaines.

Les intéressés peuvent inscrire leurs projets jusqu’au 22 avril. Il vise à accroître la visibilité et les opportunités pour les films qui sont en post-production, en les présentant à des représentants commerciaux, des distributeurs, des plateformes VOD et des acheteurs en général qui viennent physiquement ou virtuellement au FCAT.

La deuxième édition du FCAT LAB, qui se tiendra les 2 et 3 juin 2022, poursuit son engagement pour le format en ligne, grâce au soutien de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), du Goethe Institut Madrid et à la collaboration de diverses entreprises espagnoles et internationales. Par ce biais, le FCAT continue d’apporter un soutien concret aux projets de longs métrages africains.

De son côté, l’Institut de cinématographie et des Arts Audiovisuels (ICAA) organisera un showcase à Tarifa le 2 juin, où cinq entreprises espagnoles représentant des services de post-production se présenteront aux producteurs et réalisateurs africains, en personne et en ligne. Par ailleurs, il sera également question, le même jour, du guide Who is Who – Shooting in Spain, qui fournit aux professionnels étrangers de l’audiovisuel des informations complètes de l’industrie en Espagne et de son réseau commercial et professionnel.

Ce projet est promu par ICEX-Invest en Espagne, avec la collaboration du secteur par le biais de l’association des sociétés de Production Espagnoles de l’Audiovisuel International (PROFILM), de l’Alliance de l’Industrie Audiovisuelle (ALIA), de l’association des sociétés de Production Publicitaire d’Espagne (APCP) et de la Spain Film Commission.

Le Festival du cinéma africain – FCAT fait partie de PANTALLA, la Fédération nationale des coordinateurs de festivals de cinéma et de contenus audiovisuels, qui regroupe 170 festivals organisés par 8 coordinateurs et 14 communautés autonomes, totalisant un million de spectateurs, et qui s’engage en faveur de la qualité, de la diversité et de la pluralité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *