fbpx

Trois films algériens en compétition à la 18ème édition du Festival de Cinéma Africain de Tarifa

Deux réalisatrices algériennes, Lina Soualem et Rim Nakhli, et le réalisateur algérien Faycal Hammoum présenteront Leur Argélie, Nour et Toute la nuit

Tarifa, le 26 mai 2021. La ville de Tarifa accueille la 18ème édition du Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger FCAT entre le 28 mai et le 6 juin 2021, festival transfrontalier du sud de l’Europe sur les cinémas d’Afrique et ses diasporas. Cette rencontre culturelle et cinématographique s’organise annuellement entre deux continents, l’Europe et l’Afrique, deux pays, l’Espagne et le Maroc et deux villes, Tarifa et Tanger.

Dans la section compétitive des longs métrages ‘Hipermetropía’ (Hypermétropie) sera Lina Soualem, réalisatrice franco-palestinienne-algérienne, fille des acteurs Hiam Abbass et Zinedine Soualem, qui cette fois s’est mise derrière la caméra pour réaliser son premier long métrage. Leur Argélie est un documentaire intime, délicat et tendre sur ses grands-parents et sur l’identité des Algériens qui ont émigré en France après la Seconde Guerre mondiale. La réalisatrice accompagnera son film à Tarifa lors de cette édition du FCAT.

En ’África en breve‘ (Afrique sous peu), la section compétitive des courts métrages sera Nour et Toute la nuit. Pour Nour, nous rencontrons le regard d’une réalisatrice algérienne pour raconter la recherche d’un père. Nour de Rim Nakhli arrive à Tarifa après avoir passé par Locarno, l’Égypte et l’American Film Institute Festival. Nour et Adem partirent à la recherche de leur père, qu’ils ne voyaient plus depuis longtemps. Impatients de rencontrer leur père, ils traversent la ville pour arriver au lieu de rendez-vous, mais il n’apparaît pas. Nour est l’un de ces courts métrages qui revendiquent un droit et une liberté. Le droit de trouver un chemin et la liberté d’échouer.

Toute la nuit de Fayçal Hammoum sera également en compétition en ’África en breve‘ (Afrique sous peu). À la tombée de la nuit à Alger, Louisa apparaît à la sortie d’une gare du centre. Elle marche, publiant des avis de recherche. Elle plonge, fantomatique, dans l’obscurité de la ville. Alors commence une longue nuit de vagabondage dans les ruelles de la capitale. Un court métrage de Faycal Hammoum sélectionné pour l’édition 2021 du Festival international des courts métrages de Clermont-Ferrand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *