fbpx

Le 18º Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger revient avec une édition hybride qui regarde à nouveau la révolution filmique des cinémas du continent africain

L’affiche de cette édition, œuvre du photographe sénégalais Omar Victor Diop, a été révélée lors de la cérémonie de présentation tenue au CICUS de Séville

Le festival mettra l’accent sur l’Afrique que le cinéma espagnol commence à réaliser, et aura comme nouveautés un workshop de post-production et une nouvelle extension à Ceuta

Séville, 13 avril 2021. Une femme vêtue en blanc, suspendue dans l’air, sur fond bleu. C’est l’image qui accueille de son affiche la 18 édition du Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger (FCAT), qui se célébrera du 28 mai au 6 juin de manière hybride, présentielle à Tarifa, avec Espacio Escuela (rame pédagogique du FCAT) de Maroc et d’Espagne, en plus de plusieurs événements virtuels. La photographie est œuvre de l’artiste Omar Victor Diop, référence internationale de son pays par sa manière de capter la diversité des sociétés et styles de vie africains modernes. L’image, « un portrait mis en scène », selon son auteur, fait partie de la série « Bird stories ».

Diop a participé à la cérémonie de présentation du 18ème FCAT ce mardi depuis Dakar, célébrée au CICUS (Centre d’initiatives culturelles de l’Université de Séville), où il a dit se sentir « heureux et fier » de contribuer à l’effort du festival « d’enseigner l’Afrique dans toute sa diversité, de montrer les Africains dans leur vie quotidienne : leurs rêves, leurs peines, mais aussi leur joies », selon les mots d’Omar Victor Diop. 

Selon la directrice du festival, dans l’édition des 18 ans de ce rendez-vous avec les cinémas d’Afrique, « la philosophie est celle de toujours : être à cheval entre deux pays, deux continents, des langues différentes et entre diverses traditions culturelles, de nouveau adaptés avec certitude à la réalité dans laquelle nous nous trouvons ».

Pour Mane Cisneros, « les profonds changements qui ont eu lieu dans les cinémas du continent africain ont mené ces cinématographies dans le passé largement ignorées par les festivals internationaux de cinéma à être aujourd’hui l’objet d’ambition et de compétition entre grands festivals ». La directrice du FCAT se réjouit de l’ouverture toujours plus grande à ces réalités qui sont « une pure révolution filmique et qui émergent comme une conquête esthétique unique dans le cinéma contemporain ».

 

La cérémonie de présentation à Séville du 18 FCAT s’est terminé dans le patio du CICUS avec un mini concert d’Esther Weekes Jazz Flamenco Trio et son projet « Crossroads », une compilation des chansons emblématiques du blues passées par le flamenco qui franchit les limites culturelles pour explorer de nouveaux territoires artistiques. Les invités ont pu déguster un bissap, une boisson nationale du Sénégal, la patrie de l’auteur de l’affiche de cette année, dont la recette contient de la fleur d’hibiscus.

0

Soudan, pays invité

L’édition 2020 du Festival de Cinéma Africain Tarifa-Tanger sera marquée par l’accent mis sur le Soudan et sa cinématographie, très méconnue mais qui a acquis un nouveau dynamisme ces derniers temps avec une présence dans les festivals internationaux.

La rétrospective unit des courts-métrages des premiers cinéastes du Sudanese Film Group, Ibrahim Shaddad, Eltayeb Mahdi et Suliman Elnour, qui sont également les personnages du film gagnant du prix AECID au FCAT 2020, Talking about trees (Suhaib Gasmelbari, 2019), qui sera de nouveau montré au festival. De plus, il parcourt aussi l’œuvre de Gadalla Gubara, le réalisateur le plus prolifique de l’histoire du cinéma au Soudan, de ses productions publicitaires aux quelques fictions qu’il a réalisées Tajouje et Les Miserables, terminée à titre posthume, en passant par ses nombreux documentaires.

Andalousie et Maroc

La rencontre avec le Maroc reste très importante pour le FCAT, où les centres culturels espagnols de différentes villes du pays accueilleront cette année Espacio Escuela (rame pédagogique) du festival, étant donné que les limitations actuelles à cause de la pandémie ne permettent pas de développer plus d’activités durant cette édition. Le pays maghrébin et la communauté autonome espagnole sont des régions avec une histoire commune, avec de profonds liens historiques et culturels que ce festival renoue en étendant un pont de cinéma et de culture dans le Détroit de Gibraltar.

Le cinéma espagnol regarde l’Afrique

Parmi les activités de cette année, le festival mettra l’accent sur le regard tourné vers l’Afrique que le cinéma espagnol commence à réaliser et qui s’est reflété cette année dans les listes de nominés et lauréats par l’Académie de cinéma espagnol. Une table de dialogue dans le forum El Árbol de las Palabras, et qui sera retransmise en streaming, « Le cinéma espagnol se diversifie : un regard (enfin) vers l’Afrique » réunira cinéastes et journalistes autour de questions telles que : À quoi répond ce changement dans le cinéma espagnol d’aujourd’hui ? Quelle image de l’Afrique est diffusée dans ces nouvelles productions ? Peut-on parler d’une nouvelle relation entre l’Espagne et l’Afrique à travers le cinéma ?

FCAT LAB

Dans cette édition, nous débutons également le workshop de post-production FCAT LAB puisque le Festival de Cinéma Africain a observé dans ses dernières éditions non seulement l’augmentation du nombre de films africains produits actuellement, mais également l’intérêt accru que ces productions génèrent dans les principaux festivals internationaux et dans les marchés audiovisuels mondiaux. 

La première édition du FCAT LAB se déroulera en format en ligne dans le cadre du concours international, grâce au soutien de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et à la coopération de différentes entreprises espagnoles et internationales. Il y aura un masterclass d’experts internationaux, des rencontres one-to-one et des prix qui seront attribués dans le cadre d’un marché des projets.

Jusqu’au 15 avril, ces projets peuvent s’inscrire dans une initiative qui vise à accroître la visibilité et les opportunités des films en post-production en les présentant à des agents de ventes, les distributeurs, les plateformes VOD et les acheteurs en général qui s’adressent physiquement ou virtuellement au FCAT.

Extensión en Ceuta

Une autre nouveauté de la 18ème édition du FCAT sera son extension au Campus Universitaire de Ceuta grâce à un accord avec l’Université de Grenade. Si les mesures sanitaires ne l’empêchent pas, des projections de films, des courts-métrages et longs-métrages de la programmation de cette édition sont prévus, ainsi que des entretiens personnels avec les réalisateurs. 

Le Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger fait partie de PANTALLA (Fédération étatique organisatrice de festivals de cinéma et contenus audiovisuels) qui unit 179 festivals de 8 coordinations et 14 communautés autonomes totalisant un million de spectateurs, en misant sur la qualité, la diversité et la pluralité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *